barnabe
 

 





 
 
 


Vous aussi créez votre blog... Accueil

Chapitre 22

Les vaisseaux tournent et virent autour du Venator de Glarten. Les vautours-droïdes pourchassent les ARC-170 déployés par la flotte de Tarkin mais pour chaque chasseur abattu par les machines, au moins dix nouveaux assaillants arrivent. C'est un combat sans fin qui est bien plus un dernier carré qu'une tentative d'offensive contre une armada armée.
Depuis la baie vitée du poste de contrôle, Glarten et Kenobi regardent le combat. A peu de temps près, la bataille au-dessus de Coruscant reprend forme. les Venators font feu sur les vaisseaux Séparatistes qui répliquent tant qu'ils peuvent mais ils sont submergés. Par milliers, les droïdes de combat tentent de s'emparer des forteresses impériales, aidés par les vibro-droïdes qui saccagent les systèmes électriques et les défenses des vaisseaux. L'affrontement tient du corps à corps. Les clones font des sorties dans l'espace avec des équipements de survie pour combattre les droïdes qui tentent d'infiltrer les vaisseaux. Les tirs de laser se font par dizaines de milliers, à coups de blasters ou bien de canons de croiseurs.
-Toutes les forces dont nous disposons sont engagées désormais, Maître Kenobi, fait Glarten. Je ne vois pas quoi faire de plus. Toutes les techniques de combats seront insuffisantes quoi qu'il se passe puisque nous sommes submergés.
-Je sais, fait le Jedi, dépité. L'usine est en train de vivre ses derniers instants, c'était le but de la mission. Mais ces milliers de clones qui croient dans l'imposture de Palpatine vont payer le prix fort pour leur trahison envers un fou. Et détruire plusieurs navires ennemis n'y changera rien.
Une explosion violente à la base des étages de commandement secoue le pont. Obi-Wan est projeté à terre tandis que Glarten s'écroule contre un panneau de contrôle.
-Les portes du hangar principales sont touchées, fait l'officier de pont. Nous ne pouvons plus les fermer. Les troupes ennemies commencent à rentrer par les hangars latéraux. Le vaisseau est abordé. Le vaisseau est abordé. Tous les hommes disponibles aux postes de combat!!
Le Jedi se relève et aide le Moff, blessé au visage, tenant une plaie béante d'une main mais sans pouvoir empêcher le sang de s'écouler.
-Il faut que vous quittiez ce navire, fait Obi-Wan. Prenez quelques hommes et filez dans une navette de sauvetage.
Glarten repousse le Jedi d'un bras et se met face au spectacle sous ses yeux. Les croiseurs droïdes explosent les uns après les autres et les débris ne font qu'endommager les croiseurs adverses. depuis l'arrivée de cette flotte, les pertes sont minimes. Tarkin est un spécialiste du combat, il est peut-être l'homme de guerre au sens tactique le plus avisé de la galaxie. Dès son arrivée, il n'y avait aucun espoir. Et Tarkin se mettre en chasse de chaque clone, chaque croiseur, chaque droïde, jusqu'à ce que son travail soit achevé.
-Un commandant n'abandonne ni son équipage ni son vaisseau, Jedi! Je mourrais ici, dans ce système ignoré parce que j'ai cru en la République et mon sort est lié à elle! Sauvez-vous tant que vous le pouvez. Moi, je reste. Le Moff ne regarde même pas Obi-Wan et se contente d'un vague geste d'adieu. Le croiseur est de nouveau secoué d'explosions. Glarten chute à nouveau. Kenobi sait que pour vivre, il doit fuir.
Alors il se met à courir. Dès la sortie du pont, c'est le chaos. Des pans de mur sont au sol et des clones jonchent le couloir. Les ascenseurs fonctionnent toujours mais c'est pile ou face : s'il se bloquent, il n'y aura pas beaucoup de temps avant d'être confronté aux clones adverses ou à la destruction du croiseur. Les secondes s'écoulent, longues. L'ascenseur est rapide mais Obi-Wan est perturbé. Il sent la présence de Vador non loin.
Enfin arrivé au niveau du hangar principal, le Jedi se met en quête d'un véhicule pouvant le sortir de cet enfer. Des troupes ennemies sont déjà en train de conquérir l'avant du vaisseau et de valeureux clones utilisent les RT-TT pour attaquer leurs frères passés de l'autre côté. Les renégats se battent pour survivre et un idéal, les impériaux se battent par soumission. Un Juggernaut tire tous ses missiles contre les clones le bombardant de tirs de blasters. Par chance, il y a encore des navettes Jedis dans un coin du hangar, pas trop loin d'Obi-Wan. Evitant les tirs et en parant certains, Kenobi se faufile sans trop de souci jusqu'aux navettes où il ne manque que les unités astromechs. Il saute dans la première venue et démarre le moteur. Il lance un appel tandis que le vaisseau fait ronronner ses turbines.
-Sénateur Organa? ici Obi-Wan Kenobi. C'est urgent! Où que vous soyez, vous devez répondre. Le visage familier du nouveau père de Leia apparaît de manière minuscule dans le cockpit.
-Maître Kenobi, me contacter au Sénat est un grand risque pour nous tous. Nous ne devions plus nous voir avant un moment.
-Nous ne verrons pas pendant un long moment, j'en ai peur. Un projet contre Palpatine est en train de se manigancer au Sénat mais surtout, n'y prenez pas part, il est voué à l'échec.
-Un complot? Vous en êtes sûr?
-Le sénateur Andela et quelques autres vont essayer de renverser l'Empereur. De mon côté, j'ai fait ce que j'ai pu pour déstabiliser Palpatine mais c'est une victoire en forme de défaite. Le coup d'état devait être épaulé par une force armée mais il ne reste rien de cette flotte.
-Je ne comprends pas pourquoi vous ne m'en avez pas parlé, Maître Kenobi, mon soutien aurait soulevé l'adhésion de nombreux autres sénateurs.
-Je ne faisais pas confiance à Andela qui est trop carriériste mais de toute façon, il est trop tard. Si je vous avais averti, vous seriez menacé et la fille d'Anakin également. Il faut que...
Une gerbe d'étincelles ébranle le devant du chasseur Jedi. Puis une autre. Obi-Wan distingue juste un rayon rouge fracassant la petite embarcation. Par morceaux, le chasseur est découpé méthodiquement. Obi-Wan ouvre le cockpit et bondit loin du vaisseau. Il allume son sabre et regarde ce qui reste du chasseur Jedi malmené par Vador. Ce véhicule est inutilisable.
Et Vador s'interpose désormais entre la mort et la liberté.
Le Sith se retourne et contemple pour la première fois sans ses propres yeux son ancien maître. Celui qui a été un mentor, un frère, un compagnon d'armes. Un ami. Vador s'avance calmement vers Kenobi.
-Je ne pensais pas vous revoir un jour, Maître. Vous avez eu tort de me laisser mourant sur Mustafar. La mort n'a pas voulu de moi, c'est pour que je puisse me venger!
-Tu es déjà mort une fois, Vador. Tu as abandonné qui tu étais pour devenir un agent du Mal. Tu as trahi ta femme et l'enfant qu'elle portait pour servir Palpatine.
-Je suis devenu plus fort que n'importe quel Jedi. Le côté obscur me rend plus puissant et ce pouvoir est grisant!
-Regarde-toi, tu n'es plus qu'un corps reliée à une machine. Sans cette armure, tu ne survivrais pas! C'est cela, être plus puissant?
-Vous m'avez mutilé mais ma détermination est grande, Obi-Wan. Le côté obscur m'aide à tolérer cette carapace hideuse et il m'a affranchi des Jedis et de leurs dogmes stupides!
-Tu as été l'esclave de Wattoo et devenir Jedi t'a rendu libre.
-je n'étais qu'un pion pour les Jedis, vous étiez tous jaloux de mes capacités et vous vous êtes méfiés. Le sort qui est tombé sur l'Ordre est juste. Je suis plus libre aujourd'hui que je ne l'ai jamais été!
-En devenant l'esclave d'un Sith? Il a fait de toi sa chose! Il t'a menti pour t'entraîner là où il le voulait. Padmé est morte parce qu'il a envoûté ton coeur! Et il n'hésitera jamais à te tuer pour te remplacer par un autre apprenti!
-Mon maître ne me remplacera jamais. Je suis trop important pour lui! Je l'aide à rétablir l'ordre et à débarrasser l'univers des Jedis qui pourrissent la Force!
-Alors pourquoi a-t-il fait cette usine de clones où il se sert de cellules de Jedis?
Vador s'arrête de marcher. Un court instant d'arrêt puis il reprend.
-Vous mentez, Obi-Wan, j'aurais senti un tel affront envers moi. Le côté obscur me rend plus alerte à la Force.
-Tu étais distrait par ce que tu faisais. Tu as tenté de me retrouver, tu as poursuivi d'autres Jedis sûrement, tu n'as pas ressenti ce qui se tramait ici!
Vador lève les bras et le choc des lames de sabres-laser débute dans le fracas le plus total, tandis que le Venator essuie des tirs de partout et que les clones se battent entre eux.

postée le 27-11-2012 16:15
0 commentaire(s)

 
Chapitre 21

Andela marche dans les couloirs du Sénat, entouré de nombreux gardes armés. Toutes les forces qu'il a trouvé chez ses alliés sont là : des gardes royaux, des hommes de main, les protections rapprochées... une centaine d'hommes au maximum. C'est bien peu pour défaire les clones du Sénat et renverser Palpatine mais pour l'instant, tout se passe bien. A
peine arrivés sur les plateformes, ces hommes se sont emparés des postes importants pour bloquer l'accès du Sénat et se rendre maîtres des communications. Les forces de défense du Sénat se sont rendues sans un coup de blaster devant l'importance des troupes débarquées.
Mais tout ceci n'était que le plus simple, il y a désormais l'hémicycle. Convaincre les sénateurs sera bien plus délicat. Palpatine a de nombreux partisans et une poignée de politiciens contre un empereur, même tout frais en place, sera bien peu dans la balance. Et Palpatine sait qu'Andela a des projets plein l'esprit. La petite tentative avortée dans le bureau n'était qu'une mise en bouche. La séance du Sénat est bien plus copieuse.
Tandis qu'il marche, Andela est prévenu par son droïde de protocole que le maître Jedi Obi-Wan Kenobi cherche à le joindre. Passant devant un bureau, le sénateur s'y engouffre pour prendre la communication.
-Kenobi! Je vais de ce pas tenter l'impossible. J'ai essayé de renverser Palpatine juste en parlant de l'usine mais il est trop fort pour nous tous réunis. Peut-être que durant une séance, les sénateurs se laisseront prendre par mon discours mais je crois qu'il n'y a pas beaucoup d'avenir dans ce que nous tentons. Même ceux que j'ai convaincu sont transis de peur et me tourneront le dos à la première occasion.
-Voilà pourquoi tous ces vaisseaux sont venus au secours de l'usine. Palpatine savait ce qui se complotait. Vous n'avez pas su attendre et nous en payons l'addition désormais. Notre flotte va être dévastée sans espoir de fuite pour tous ces clones.
-Croyez-vous qu'il y ait un espoir pour déloger l'empereur? La destruction de ce laboratoire pour Jedis clonés peut m'aider si je m'y prends bien.
-La tâche me semble trop compliquée, sénateur. Même si vous n'aviez pas parlé de ce que vous saviez, je crois que nous avons été trop optimistes. L'usine est détruite mais toutes nos forces sont engagées dans le combat. Je ne sais pas combien de temps nous tiendrons mais quoi qu'il arrive, vous êtes seul. Nous ne pourrons venir vous appuyer militairement.
L'image tremble et se brouille. Il y a eu une explosion près de là où se trouve Obi-Wan. Tout semble perdu. Andela est abattu mais se dit qu'il n'y a plus le choix. C'est l'unique possibilité de remporter la victoire.
-Je vous souhaite bonne chance, Kenobi. Le Jedi disparait du champ holographique. Les mots sont vains. Le Jedi n'a pas les moyens de détruire ces navires ennemis ni de venir épauler les dissidents contre palpatine. Il n'y a plus qu'un homme et son ambition sans limite. Le courage fait défaut mais reculer est absurde puisque la vengeance de palpatine tombera comme un couperet, tôt ou tard. Andela quitte le bureau et se rend vers sa nacelle d'affectation d'un pas ferme. Il parle au responsable des gardes employés pour le coup d'état via un comlink.
-Que tous les hommes se tiennent prêts à mon signal pour intervenir. Dès que je prends la parole, vous êtes en alerte maximale. Je vous indiquerais quand rentrer dans l'hémicycle pour m'appuyer. Et tant que ce n'est pas nécessaire, aucun tir. Je veux un soulèvement populaire au possible plutôt qu'un putsch dans le sang.
-Bien, monsieur, répond le garde.
Andela pénètre dans sa loge et attend le début de la séance qui peut changer le cours de l'univers.

postée le 26-11-2012 14:28
0 commentaire(s)

 
Chapitre 20

Un Recusant sort de l'hyper-espace, suivi de peu de l'ensemble des croiseurs Séparatistes. La flotte semble déjà menaçante, ambitieuse et s'avance désormais inlassablement vers l'usine de clonage, visible dans le dédale de roches, d'astéroïdes et de vaisseaux impériaux.
Sur le pont principal de l'usine, le Moff Hild regarde ses écrans de contrôle. L'arrivée des croiseurs ennemis était anticipée. Tarkin et Vador savaient et ont averti l'Empereur qui n'attendait qu'un indice pour savoir où allait se dérouler un éventuel assaut, et le sénateur Andela lui a fourni tous les renseignements nécessaires pour savoir où la foudre allait tomber.
-Ici Hild, à toutes les batteries, feu à volonté dès que les vaisseaux ennemis sont à portée. Le Moff se recule des panneaux de contrôle pour mieux apprécier le combat qui se prépare. Il a aimé la guerre des clones dont voici ici, dans le système Paw, probablement l'ultime soubresaut!
Les croiseurs Séparatistes avancent toujours mais le Recusant met les bouchées doubles et son allure est beaucoup plus importante. Il creuse son écart avec le reste du groupe et commence à tirer sur les premières défenses de l'usine, en amont, plantées sur des astéroïdes et qui font feu sur lui. Les coups au but se succèdent de part et d'autre. les explosions et les flammes surgissent des entrailles du vaisseau et des tourelles automatisées tandis que des vagues de vautours-droïdes s'envolent des flancs du Recusant. Par dizaines, les chasseurs fondent sur les canons de l'usine et matraquent sans pitié chaque parcelle défensive avant d'atteindre la zone d'exploitation de l'usine : le dôme. Les petits vaisseaux lâchent des missiles qui viennent fracasser les parois de la protection transparente tandis que des vibro-droïdes s'échappent pour aller endommager en profondeur l'usine.
Des V-Wings et des ARC-170 décollent puis engagent les vautours-droïdes dans des vrilles insensées. Les clones qui pilotent, aguerris par un long temps de champ de bataille, sont de vrais as désormais et peuvent presque rivaliser avec les automatismes des chasseurs ennemis dont les programmes connaissent des milliers de techniques d'attaques et d'esquives. Les pertes pleuvent de chaque côté et les l'espace entre les croiseurs puis l'usine devient jonché de débris aussi dangereux qu'une mine à bonne vitesse!
Le Recusant commence à arriver au bout de ses possibilités tout en continuant à avancer. Il a franchi le premier barrage de blasters spatiaux et frappe durement le dôme désormais. Chaque canon sur le vaisseau vise une position offensive jusqu'à ce que le Recusant se brise en deux, victime d'un missile bien placé. L'arrière se stoppe aussitôt tandis que l'avant ne se met en vrille sans possibilité de contrôle.
-Ici Hild, arrêtez ce croiseur avant qu'il ne nous atteigne!
Les vaisseaux à l'arrière accélèrent et rejoignent le champ de combat. Chaque croiseur déverse des milliers de droïdes armés et auto-propulsé par des réacteurs dorsaux tandis que les vautours-droïdes pleuvent dans tous les sens. Les navettes impériales deviennent débordées avec quatre ennemis contre un impérial! La mise à mort de la station semble engagée particulièrement dès que la moitié du Recusant vient s'encastrer contre l'une des réserves de carburant où deux Acclamators font le plein. Le vaisseau brisé déchire la paroi du réservoir gigantesque et une boule de feu colossale surgit. Elle englobe les Acclamators qui se retrouvent propulsés contre des astéroïdes et les chantiers de démantèlement des unités ennemies. Les monceaux de ferrailles sont propulsés dans toutes les directions. Des droïdes sont balayés tandis que les défenses de l'usine sont saccagées. le dôme souffre également et il se fragilise rapidement. toutes les forces droïdes sont engagées dans le combat désormais. Sur les écrans de contrôle, des dizaines de milliers d'assaillants fondent sur l'usine et tout ce qui est impérial. le rapport de force est accablant de faveur pour les Séparatistes qui submergent tel un raz-de-marée les forces impériales incapables de réagir avec efficacité.
Au loin, Obi-Wan et Glarten arrivent enfin pour superviser et épauler les forces droïdes. Venators et Acclamators sont des armes de poids dans ce genre de bataille.
-Mon Général, toutes nos troupes progressent. Des droïdes commencent à infiltrer l'usine et les navettes ennemies ne sont plus assez nombreuses.
-Passez l'ordre à toutes les batteries disponibles de frapper le dôme pour détruire l'usine en priorité. Nous pouvons nous passer de réduire à néant les troupes ennemies, l'usine est ce qu'il ya de plus important.
-Vous vous débrouillez bien pour un civil, général Kenobi, fait Glarten. Est-ce ceci que les Jedis apprenaient dans leur temple?
-C'est la sagesse qui nous guide, Moff Glarten. La Force nous interpelle et nous décidons du meilleur pour les troupes tout en accomplissant la mission.
Des astéroïdes pulvérisés par les flammes du réservoir pleuvent sur le dôme qui craque de partout. La moitié du Recusant explose finalement et de grosses pièces tourbillonnent, brassant les débris, emmenant aussi des chasseurs droïdes avant de pénétrer le dôme dans un bruit assourdissant de l'intérieur. L'air est expulsé de la station et arrache des dizaines de milliers d'incubateurs avec des embryons en développement.
-Ici le Moff Hild, évacuer n'est pas encore possible. Combattez pour vos vies tant que vous pouvez! Pour l'Empire!!
Les droïdes envahissent les couloirs de l'usine et tirent sur tous les clones qui s'insinuent entre eux et les restes des cadavres de Jedis. L'espace est un champ de dogfights où les vautours-droïdes sont en chasse contre les rares V-Wings ou ARC-170 qui volent encore tandis que les clones dans l'usine sont une quantité insignifiante face aux hordes de droïdes et super-droïdes qui déferlent dans chaque couloir et qui tirent dans chaque méandre, chaque lacet, chaque coin de l'usine. L'invasion est méthodique, précise. Rien n'est laissé au hasard. Du pont de l'un des croiseurs Séparatistes, le commandant des droïdes ordonne la poursuite des opérations en pratiquant la politique de la terre brûlée : pas de quartier, pas de prisonniers!
Les vibro-droïdes s'acharnent à démonter les ordinateurs et les régulateurs thermiques. Les petits ustentsiles de torture pénètrent les rouages, arrachent les fils, corrompent les circuits. La station est ébranlée de toute part, de l'intérieur et de l'extérieur où le bombardement continue sans discontinuer. Rien ne semble pouvoir arrêter la déferlante de fer et de feu qui massacre l'usine instant après instant.
-Le plan semble avoir parfaitement fonctionné, Moff Glarten. L'usine ne sera bientôt qu'un mauvais souvenir.
-J'espère que le sénateur Andela aura autant de chance que les troupes ici.
-J'en doute sérieusement. Palpatine va réagir et sa colère sera grande.
-Monsieur, des vaisseaux sortent de l'hyper-espace dans le secteur 8-7-8. Venators. Une douzaine de croiseurs au moins. Le clone au quart pour le radar n'en croit pas ses yeux. Son écran devient saturé de nouveaux points apparaissant.
-De nouveaux vaisseaux encore, toujours des Venators,secteur 4-6-9. Une dizaine. Secteur 4-6-8, trois autres.
L'Empereur avait tout prévu. Il n'avait manqué qu'un peu de temps pour empêcher la destruction de l'usine. Maintenant, il s'agit de la survie des forces républicaines. Une trentaine de venators au bas mot viennent de rejoindre le champ de bataille. Le corps à corps est inégal et inutile. Il n'y a aucune victoire possible. Les Venators sont équipés de chasseurs V-19, d'ARC-170, de Cannonières, d'armes meurtrières qui massacreront chaque croiseur venu démanteler l'usine de clones.
L'hologramme de Tarkin apparaît sur le pont. Son visage évolue entre la satisfaction de prendre sa revanche et d'écraser toute tentative de déstabiliser l'Empire.
-Voici l'heure de vérité! Vous n'avez pas d'autre solution que de vous rendre. L'Empereur sera peut-être plus clément que moi!
-Pour moisir en prison ou bien tomber au sol par un peloton qui m'aura bandé les yeux pour ne pas affronter ma propre mort? Vous me sous-estimez, Tarkin, fait Glarten. Nous sommes venus dans un but. Tant que ce but n'est pas atteint, nous ne reculerons pas. Indiquez aux batteries d'envoyer tous les missiles disponibles sur les Venators ennemis, commandant!
Feil va répercuter les ordres de Glarten lorsque les premiers tirs de blasters touchent le vaisseau.
Finalement, il n'y aura peut-être même pas de peloton d'exécution.
-Quelles sont nos chances de victoire? Obi-Wan semble résigné. Il n'est pas dupe. Il sait que le rapport de force vient de s'inverser et que la retraite peut éviter une déroute finale.
-il faut engager toutes nos forces dans la bataille, fait Hild. Faites décoller toutes les navettes et tous les ARC. Que les droïdes achèvent l'usine avant d'attaquer les Venators ennemis.
-Ce n'est pas suffisant, fait Obi-Wan. C'est perdu d'avance. Il faut espérer que le sénateur Andela réussit là où nous échouons actuellement. Même si l'usine est en cendres, notre force militaire est désormais aussi faible qu'un nouveau-né. Je doute que le Sénat penche en faveur d'un nouveau dirigeant.

postée le 23-11-2012 22:49
0 commentaire(s)

 
Chapitre 19

La flotte de Glarten stationne dans le système Neederlant, non loin des gigantesques éoliennes récupérant les photons du vent solaire. Des pales titanesques, bien plus grandes qu'un Venator, servant à alimenter une ville enfouie dans un cylindre ne semblant pas vouloir finir. Des civilisations entières vivent dans ces vaisseaux sortant d'une autre époque où l'hyper-propulsion n'existait pas et qu'il fallait trouver une solution à l'extinction des mondes. Ces arches de sauvetage sont devenues des cités à part entière depuis longtemps et le système Neederlant, avec ses soleils et ses planètes cultivables, offrent des possibilités immenses pour ces civilisations.
-Nous devons contacter Andela pour l'avertir de l'imminence de notre assaut. Dès que nous aurons débuté l'attaque sur l'usine, il devra entamer ses démarches pour renverser Palpatine. Les défenses de ce complexe ne tiendront pas longtemps face à notre cohorte de vaisseaux.
-Vous semblez oublier un point. L'Empereur sait! Il est désormais au courant qu'il y a au moins un Moff renégat et une petite armée décidée à en découdre contre lui.
-Mais il ne sait pas où nous frappons bientôt, Maître Jedi.
-J'ai un mauvais pressentiment. Vador fera tout pour me retrouver. Il sentira ma présence où que j'aille. Il y a du changement dans la Force, je perçois comme une ombre abattue sur nous. Le projecteur holographique se met en route et Andela apparaît.
-Sénateur, fait Glarten, nous allons procéder à notre saut dans l'hyper-espace. Le combat sera engagé dans peu de temps. Vous pourrez engager vos tractations à 0-300.
-J'ai bien peur que notre entreprise soit un échec, fait le sénateur. j'ai tenté le bluff avec Palpatine et il n'a pas cédé d'un pouce. J'ai voulu l'intimider mais rien ne semble l'atteindre.
-Que lui avez-vous dit, fait Obi-Wan, inquiet.
-J'ai parlé de l'usine du système Paw et de l'extinction des Jedis.
-Vous êtes fou, fait Glarten en hurlant presque. Maintenant, l'Empereur sait que nous allons attaquer ce lieu! Il va y envoyer toutes ses forces le plus rapidement possible pour défendre l'usine!
-Je croyais bien faire mais j'ai échoué. C'est un adversaire redoutable.
-Vous n'avez plus le choix, dit Obi-Wan, il faut tenter le coup d'état malgré tout. Votre vie et celle de vos partisans ne tient qu'à un fil. Soit vous réussissez, soit Palpatine vous fera enfermer jusqu'à votre mort. Nous allons lancer l'attaque immédiatement pour espérer ne pas tomber sur l'ensemble des vaisseaux impériaux. Obi-Wan coupe l'hologramme et se
tourne vers Glarten.
-Il n'y a aucune alternative désormais. L'attaque doit réussir pour que le sénateur puisse avoir une chance de renverser l'Empereur. Commandant Feil, prévenez tous les croiseurs de notre départ pour le système Paw suivant le plan.
-Bien, mon Général. Le clone file en courant vers la passerelle pour donner les ordres.
Petit à petit, les croiseurs s'espacent puis se rangent en position de départ. D'abord, tous les vaisseaux Séparatistes où aucun humain ne se trouve. Ils ouvriront le combat et s'ils sont détruit, il n'y aura aucune perte de soldat. Les vautours-droïdes sont prêts à jaillir des entrailles de chaque croiseur dès l'arrivée dans le périmètre de combat et les droïdes sont
équipés désormais de petits réacteurs dorsaux pour le déplacement dans le vide sidéral.
Les vaisseaux de la République prennent place derrière et attendent le bond dans l'hyper-espace des véhicules Séparatistes pour déployer tous les Arc-170 et les Cannonières. Lorsque tout le patrimoine guerrier droïde est parti, il ne reste plus que les clones et leurs possibilités. Et l'espoir de tout changer.
-Parés pour le saut dans l'hyper-espace, fait Glarten. A mon commandement.
Tous les commandants de bord répondent présent et envoient les vaisseau vers Paw. Neederlant retrouve sa paix et ses vaisseaux-mondes moissonneurs de photons uniquement.

postée le 23-11-2012 17:41
0 commentaire(s)

 
Chapitre 18

Andela marche devant le groupe de sénateurs, le pas décidé. Il doit être l'arbre qui cache la forêt mais il sait qu'il dissimule une bande de pleutres. Il est seul parce que l'incertitude plane. En cas de réussite, tout le monde sera avec lui.
Chaque pas les rapproche de leurs destins, individuels et communs. Andela essaie de se montrer aussi détendu que possible tandis que la peur palpable derrière lui n'est pas de bon augure. L'Empereur est un personnage puissant, avec un sens des gens aiguisé. Il s'apercevra que la majorité des sénateurs venant à sa rencontre sont des peureux et des lâches. Il ne leur fera aucun cadeau car la discussion à venir n'est rien d'autre qu'un coup d'état.
Arrivés devant le bureau de Palpatine, Andela se fait annoncer par l'un des gardes royaux. Ils sont menaçants avec leur costume rouge sang et cette visière inquiétantes où aucun regard ne se distingue.
-L'Empereur vous attend, messieurs. Veuillez me suivre, fait l'un des gardes en montrant le chemin. Il précéde les sénateurs puis arrivé à la porte ouverte du bureau de Palpatine, il s'éclipse d'un pas de côté pour que les putschistes puissent entrer. Andela est le premier à faire un signe de la tête, suivi par tout le groupe qui semble en profiter pour cacher leurs yeux qui ne peuvent tromper une vigilance même ridicule : la peur transpire de chaque visage. Palpatine assis semble plus déterminé que jamais, comme s'il sait déjà ce qui se trame.
-Que puis-je pour vous si près d'une séance au Sénat, messieurs les sénateurs? Palpatine n'a même pas pris soin de se lever ni de saluer les visiteurs. Vous avez une requête à me soumettre qui ne peut être entendue dans l'hémicycle ou bien qui ne peut attendre?
Andela s'avance et se pose dans l'un des sièges devant le bureau de l'Empereur, croisant les jambes avec un grand sourire cynique. Palpatine dévisage ce sénateur trop ambitieux et trop confiant. Le reste du groupe est debout, comme prêt à fuir au cas où cette tentative de soulèvement tourne au vinaigre.
-Je vais être bref. Nous savons, mes amis et moi, que vous avez une usine de clones cachée dans un système lointain dans la Bordure Extérieure. Une usine où vos chercheurs tentent d'extraire des cadavres de Jedis que vous avez fait abattre à la fin de la guerre des cellules pour que ces prochains clone deviennent des Jedis à votre botte.
Palpatine ne bouge pas d'un iota en écoutant Andela. Trop tôt pour tirer des conclusions pour les sénateurs.
-Vous avez donné l'ordre de tuer les Jedis parce qu'ils étaient nocifs et qu'ils ont failli vous assassiner. A l'heure actuelle, vous utilisez ces mêmes Jedis à votre profit pour créer une armée sensible à leurs pouvoirs psychiques. Une armée que vous serez apte à manipuler puisque vous possédez ces pouvoirs.
-Voilà une histoire tout à fait charmante, fait l'Empereur. Vous avez tous beaucoup d'imagination.
-Vous trompez le Sénat depuis trop longtemps, Chancelier! Vous avez utilisé les Jedis et la guerre pour transformer votre pouvoir politique en tyrannie déguisée. Devenir empereur avec un mandat perpétuel, voilà qui était malin pendant une période si propice aux bouleversements de toute sorte.
-Vous êtes tous venus me faire la morale? Palpatine sourit et son cynisme apparaît au grand jour. Vous vous trouvez injustement traités je suppose. Certainement sous-employés par des mondes où l'on ne reconnait pas votre talent? Andela ne sourit plus. Son regard se durcit tandis que les sénateurs approchent lentement.
-Vous croyez pouvoir nous intimider avec vos petites phrases désopilantes?
-Surveillez votre ton, sénateur, je ne suis pas un petit employé ou un politicien de seconde zone avec qui vous avez des ennuis. A vrai dire, je suis même bien plus que vous ne pouvez l'imaginer avec votre petit cerveau étriqué! Vous ne dégagez rien de bon, on ne sent que le dégoût en vous regardant parce que votre ambition vous rend arrogant et prévisible. Le pouvoir ne vous intéresse que pour profiter de l'argent qu'il vous apportera. Vos épaules ne sont pas assez larges pour diriger cet univers! Vos petits camarades sont terrorisés et je n'ai qu'un geste à faire pour qu'ils s'enfuient en implorant mon pardon!
Andela commence à avoir peur. Palpatine supposait tout avant même leur arrivée et rien ne semble le désarçonner.
-Vos menaces sont si infimes qu'elles ne feraient pas vaciller un enfant. Le sénateur tente de rentrer dans le jeu de l'ancien chancelier en élevant la voix tout en essayant de sembler inébranlable.
-Oh! Vous croyez que je sens pas votre peur? Palpatine se met à rire. Vous n'avez rien compris, petit sénateur. Vous ne pouvez me faire frémir avec vos informations. Que cette usine existe ou non, le Sénat me suivra corps et bien parce que je suis né pour le diriger. Vous n'êtes tous que de petits politiciens véreux qui ne cherchent que le profit immédiat d'un poste que vous n'avez pas le cran d'occuper. La République a défendu les intérêts de vos planètes pendant la guerre et voici comment vous me remerciez, moi qui ai fait dépenser des milliards de crédits pour votre liberté.
-Et ces milliards que vous dépensez pour cette usine et ces millions de clones à travers la galaxie? Vous imaginez que...
-Gardez vos arguments pour la séance de tout à l'heure, sénateur. Votre petit discours n'est rien d'autre qu'un simple amusement pour moi! Vous pensiez me faire chanter avec vos allégations mais détrompez-vous. Profitez bien de la séance car le reste de la journée vous semblera très long si vous ne restez pas à votre place, je vous le garantis.
-Vous osez me menacer? Andela se lève pour s'affirmer tandis que ses collègues reculent les uns après les autres.
-Approchez, mon ami, fait Palpatine en faisant un signe de la main pour faire venir quelqu'un. Le chasseur de primes Abi Alimibi est là depuis le début, plongé dans l'ombre d'un recoin. Il s'avance à la lumière comme prêt à bondir sur de nouveaux contrats. Il a tout entendu. Venu chercher sa prime pour le 779ème régiment de clones, l'Empereur avait prévu toute l'affaire. Il avait senti le complot et avait gardé Abi comme un as dans sa manche.
-Voici un ami qui cherche du travail à l'heure actuelle, dit Palpatine en se levant. Etre chasseur de primes laisse des périodes d'inactivité et je déteste le laisser sans ouvrage, mais je vais vous laisser une chance de ne pas l'occuper. Si vous tentez ce que je pense que vous faites - un coup d'état pour me renverser et prendre ma place - j'utiliserais les services de mon ami qui vous trouvera tous les uns après les autres et qui vous ramènera pour que vous soyez jugés pour haute trahison contre l'Empire!
Andela hésite. Palpatine est puissant et sait que peu de sénateurs ne peuvent pas grand-chose contre lui mais avec tous les vaisseaux et les soldats prêts à attaquer l'usine, c'est une chance à saisir quoi qu'il arrive car la situation est claire : Andela et tous les sénateurs présents sont des traîtres de toute manière. L'Empereur les fera abattre à la première occasion et dissimulera ces morts en suicides ou accidents.
-Et vous m'avez appelé Chancelier. Il n'y a plus de République. il n'y a plus que l'Empire que je dirige. J'ai profité d'une guerre que j'ai engendré et fait durer pour me hisser au plus haut niveau jamais atteint par un sénateur en terme de puissance et d'autonomie. Je suis empereur et je vous garantis que votre forfait d'aujourd'hui ne restera pas impuni si vous ne restez pas tranquilles désormais. J'ai des milliards de morts sur la conscience alors ne croyez pas que votre petit groupe tremblant comme une feuille peut me faire abandonner mes fonctions. Palpatine se penche vers Andela qui soutient néanmoins le regard du Sith. Par défi et pour affronter le plus grand fourbe démoniaque de ce temps et de cette galaxie. Pourtant, son coeur bat aussi vite qu'après un effort intense et il n'a jamais ressenti d'effroi à ce point.
-Restez à votre place, sénateur. ou vous n'irez pas bien loin. Mon ami est là pour m'assurer de cela. Palpatine retourne à son siège tandis que les sénateurs quittent la pièce en catimini. Andela attend en réfléchissant au présent et à l'avenir. La marge de manoeuvre laissée par palpatine est nulle. le silence ou la mort.
Andela se lève d'un trait puis quitte le bureau précipitamment sous le regard mesquin de l'Empereur. Toutefois, il n'y aura jamais de meilleure occasion de renverser ce monstre. Tant qu'il existe un groupe dissident, l'avenir de Palpatine n'est pas encore joué.

postée le 23-11-2012 14:10
0 commentaire(s)

 
Chapitre 17

Andela et les autres sénateurs du complot marchent à vive allure dans les couloirs du Sénat. Autour de l'hémicycle, il y a toujours du mouvement, politiciens, droïdes, employés ou bien gardes - une vraie fourmilière, une ville dans la ville.
-Glarten va tout déclencher, fait Andela. C'est bientôt le moment. Nous allons pouvoir exécuter notre plan et changer la donne. Ce poste sera bientôt à moi.
Le sénateur Mor'Ach demande dans sa langue natale si les troupes prévues pour contrer les gardes du Sénat.
-Ils sont tous en stationnement non loin d'ici. Lorsque le débat débutera, ils investiront le Sénat et arrêteront tous les gardes et clones, sans tir de blaster, espérons-le! Il faut que cette transition soit le plus pacifique possible pour remporter une adhésion massive derrière et nous assurer les pleins pouvoirs.
-Vous parlez d'un acte pacifique alors qu'une petite armée va aller attaquer une usine de clones. Momba-La a beau être le puissant sénateur du système Glern, Andela ne se sent pas impressionné.
-Cette usine est le levier nécessaire pour convaincre le Sénat que Palpatine joue un double-jeu avec les Jedis et qu'il ment depuis le début. Ils doivent tous croire que la démocratie est morte avec l'Empire.
Arrivés au bureau d'Andela, les sénateurs peuvent parler à gorge plus déployée.
-Nous avons deux options, mes amis, fait Andela. Nous pouvons attendre l'issue de l'attaque sur l'usine et si le résultat est favorable, nous pouvons tenter un putsch contre Palpatine. Ou bien nous le faisons chanter avant la séance d'aujourd'hui en nous rendant dans son bureau. Nous lui parlons de la flotte qui va réduire en cendres sa précieuse usine et que notre intervention peut lui éviter d'être conspué et jugé par le tribunal galactique pour crimes contre la République.
-Nous opposer à lui peut être dangereux, fait Mor'Ach. En plus dans un lieu aussi clos, il est capable de tout! Nous savons tous qu'il a commandité le massacre des Jedis et qu'il lui serait facile de nous éliminer sans laisser traces et preuves!
-Allons lui rendre visite quand même! L'effet de surprise sera total. S'il est d'accord, la chance nous sourira aussitôt.
-Et s'il ne l'est pas, insiste le sénateur de Glern. Il pourrait nous faire condamner pour haute trahison contre le Sénat! Je crois que nous faisons fausse route!
-Notre entêtement est la bonne voie, dit Andela en montant le ton. Nous ne sommes pas les pantins de l'Empereur. Sa chute va nous servir. Il n'aura d'autre choix que se rendre à notre volonté. Se dresser contre nous serait pure folie.
Le silence devient lourd dans les locaux d'Andela. Un silence qui en dit long. Les sénateurs seraient prêts à abandonner ce projet démentiel.
-Votre peur est perceptible. Compréhensive même! Mais foi d'Andela, je jure de pousser Palpatine vers la sortie et celui qui me suivra sera récompensé. Mais ceux qui me lâchent ici, aujourd'hui, seront balayés comme un brin d'herbe par une tempête. Et je vous promets la tempête de vote vie si vous me laissez si près du but.
Toujours pas un bruit. Andela marche lentement vers les sénateurs.
-A main levée, qui me suit?
Le silence est suivi de regards qui se croisent, qui se cherchent et qui cherchent la route à suivre.
La première main se lève timidement, lentement. Les yeux se tournent vers le sénateur Glern qui ose braver l'Empereur.
Est-ce la voie à emprunter?
Une deuxième main émerge de la dizaine de sénateur. Puis une troisième. Une quatrième. Finalement, toutes. Un "oui" unanime qui vient de choisir entre le marteau et l'enclume. Par dépit.
-Nous portons l'avenir de la République désormais. Allons renverser le tyran. Andela a un petit sourire au lèvres, de certitude sur l'avenir. Mais il trahit également une appréhension légitime. Palpatine a été élu et a su profiter de la guerre pour rester en place. Il est malin, bien entouré et capable de faire frémir un Jedi avec ses pouvoirs. Doit-il avoir peur d'une
poignée de sénateurs?

postée le 22-11-2012 19:16
0 commentaire(s)

 
Chapitre 16

Toujours dans l'hyper-espace, Obi-Wan reste soucieux. L'arrivée subite de Vador montre que le plan pour renverser Palpatine va bientôt être découvert et qu'il a toutes les chances d'échouer si toutes les facettes de cette histoire viennent au grand jour.
-Les troupes sont impatientes d'en découdre, fait Glarten. Dès que nous aurons atteint le second point de rendez-vous, avertissons le sénateur Andela pour qu'il mettre en action sa partie du plan. Nous coordonnerons nos efforts pour que la destruction de l'usine coïncide avec le soulèvement au Sénat.
-Je vous trouve bien confiant, fait Kenobi. L'Empereur est désormais au courant de votre félonie. Ma présence ne fait qu'accentuer les choses et Vador sait que je ne me déplacerais pas pour rien. Je mets cette expédition en danger. Mais de toute manière, personne n'est à l'abri désormais.
-Notre supériorité viendra à bout de cette usine.
-Mais si le complot au Sénat échoue, ce ne sera pas une victoire totale. Nous serons débarrassés de ces futurs clones Jedis mais Palpatine utilisera d'autres moyens pour mettre la galaxie à genoux. Et vous serez obligés de fuir pour ne pas être tué.
-Je suis un militaire de haut rang, Kenobi, et je ne me cacherais jamais comme un animal dans un trou pour survivre! Si mon sort est d'être capturé puis tué, je l'accepterais parce que j'aurais tout tenté pour défendre mon idéal.
-C'est une noble pensée qui vous honore et je crois que c'est ce qui attend chaque homme de cette flotte. Peut-être même que le Sénateur Andela sera mort avant d'arriver au trône de Palpatine.
-Nous sommes tous allés trop loin pour faire marche arrière désormais. Nous avons réunis assez de forces pour démanteler cette usine et peut-être même plus pour Coruscant. L'audace nous sourira, j'en suis certain.

postée le 22-11-2012 19:13
0 commentaire(s)

 
Chapitre 15

Le système Tyro est désoeuvré et abandonné. L'unique planète habitable, Tyro VII, est la proie continuelle d'astéroïdes et de débris de vaisseaux. Une pluie permanente si dangereuse que personne n'ose habiter ce lieu. Parce que ce lieu est dangereux, il est de coutume pour les pirates d'y envoyer les vaisseaux dont ils ne se servent plus et qui sont inutilisables, et surtout invendables. Les premières épaves étaient là avant la République et leur nombre n'a fait que croître avec le temps. De la navette au croiseur lourd, tout peut se trouver dans l'espace de Tyro. Même de vieux droïdes, quelques robots et en fouinant bien, probablement quelques corps.
Les morceaux d'épaves flottent tranquillement au gré des gravités et des répulsions. Un choc entre deux pièces peut engendrer une myriade de mouvements ensuite et faire de Tyro un endroit dangereux et inhôspitalier. C'est pourtant là, à l'abri des regards indiscrets, que la flotte du 779ème régiment de clones a élu domicile. Tyro représente une sécurité car personne ne pense à trouver un croiseur valide au milieu des milliers d'épaves flottantes. Dissimulés entre la ferraille, les câbles, les bouts de de moteur et les rochers, des Recusants, des Venators, des Acclamators, un destroyer de classe Providence, des frégates Munificents et deux croiseurs de combat droïdes Lucrehulk. En tout, plus de vingt navires. Une jolie flotte.
Sur le pont d'un Venator, Obi-Wan observe le reste des vaisseaux. Est-ce que la présence d'une armée droïde le trouble, ou bien est-ce l'enjeu de l'assaut contre l'usine du système Paw? Toujours est-il que ses sens de Jedi sont en éveil, le titillent et que quelque chose le préoccupe. Il ne sait toujours pas quoi mais sent qu'un problème va se présenter, que rien ne sera aussi simple que prévu.
-Tout va comme vous voulez, Général Kenobi? Glarten s'approche du Jedi et observe le ballet des droïdes flottant de vaisseau en vaisseau en vue de l'invasion de l'usine de clones.
-Oui, mais je pressens qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Malgré l'alerte sur Geonosis, le vaisseau est bien revenu sain et sauf mais je ressens un danger. Obi-Wan reste plongé dans ses pensées et ne fait guère attention au Moff.
-Peut-être appréhendez-vous tout simplement le combat avec les troupes impériales?
-C'est autre chose, quelque chose de malveillant.
-Vos sens vous trahissent peut-être, Général. Après tout, vos dons ne peuvent tout prévoir, l'extinction de votre Ordre en est la preuve.
-Palpatine a manipulé mon ancien Padawan pour qu'il devienne un agent du mal. Désormais, il n'y a plus que Vador et il certainement plus impitoyable que ne l'est l'Empereur. Cette navette observant les troupes sur Geonosis n'est pas de bon augure. Quelqu'un a trouvé ce qui se passe et je ne serais pas étonné que cette information est en possession de Palpatine.
-Pourtant, le croiseur est revenu indemne de Geonosis et sa mission est complète. Vous appréhendez trop l'avenir, mon jeune ami. Et les mines furtives placées au large du champ de débris permettent de stopper toute intervention rapprochée contre nous. Si nous sommes pris pour cible, nous avons le temps de fuir vers un autre point de rendez-vous sans encombre.
-Vous accordez beaucoup d'espoir à vos tactiques que vous trouvez certainement infaillible mais l'Empereur et Vador sont plus puissants que vos raisonnements militaires.
Soudain, l'hyper-espace dévoile ce qu'il a caché en son antre depuis Coruscant : plusieurs Venators arrivent. Le Recusant a été suivi avec un mouchard. Jamais il n'aurait fallu rester en ce lieu après l'arrivée de ce vaisseau gorgé de droïdes. Il a mis en danger toute l'opération et des milliers d'hommes. Les couleurs de la République ne sont plus, chaque vaisseau est uniforme, sans couleur criarde. Même ici, la République est passée de vie à trépas rapidement.
Sur le pont d'un croiseur impérial, Vador observe. Tarkin est venu avec lui pour finaliser les détails de l'assaut contre cette flotte rebelle. La reddition n'est pas envisagée. Chaque vaisseau sera pulvérisé et ses occupants anéantis.
-Monsieur, nous sommes dans le système Tyro. Nous serons bientôt à portée de tir, fait l'officier de pont.
-Parfait! Voyez vous même, Vador, cette ridicule petite entreprise va s'achever ici. Ouvrez le feu dès que possible. N'envoyez aucun chasseur pour l'instant à cause des débris. Si des belligérants s'enfuient, calculez les destinations possibles. Personne ne doit survivre.
Vador reste immobile, pensif. Il ressent un trouble lui aussi. Différent de celui de son ancien maître mais un trouble néanmoins. Un danger imminent qui va surprendre les troupes impériales.
-Seigneur Vador, quelle serait votre tactique? Tarkin est curieux de voir comment cet ancien Jedi s'y prendrait pour détruire ce conglomérat.
-Je sens que rien ne se passera comme prévu. Ce système est un piège qui nous est destiné. Il vaudrait mieux engager le combat ailleurs.
-Il n'y a rien à l'horizon hormis le cimetière d'épaves et quelques rochers en perdition. Une explosion sur le dessus de la coque gondole le pont du hangar principal du Venator. L'éclair aveuglant est perçu jusqu'aux yeux d'Obi-Wan, pourtant éloigné du champ de mines. Les explosions s'enchaînent et le croiseur impérial est secoué de bord en bord, la carlingue tremble de tout son être et le pont supérieur est éventré. Des dizaines de soldats sont expulsés dans le vide spatial tandis que les trois autres Venators subissent le même traitement. Des dizaines d'explosions jaillissent du néant, surprenant la flotte venu corriger les renégats.
-Des mines furtives! Tarkin est furieux de s'être fait berné comme un bleu.
-Je vous avais dit qu'il valait mieux éviter d'engager le combat de front, fait Vador en titubant. Sur un sol inerte, il a parfois du mal à se maintenir droit alors sur un vaisseau secoué comme par un tremblement de terre, ça complique fortement la tâche.
-Officier, moteurs coupés et feu à volonté! Il faut détruire ces mines si nous voulons avancer vers ces traîtres!
Les tourelles des Venators visent en face d'elles et se mettent à arroser la zone. Les tirs ne touchent presqu'aucune mine et ne sont pas assez près pour inquiéter Glarten et ses navires. Et sans le trajet d'ouvert, ce dernier a toute latitude pour fuir aisément.
-Voyez, jeune Jedi, je vous avais dit que nous étions tranquilles ici.
-Nous sommes repérés et démasqués, fait Kenobi. Si nous sommes à l'abri des tirs de ces vaisseaux pour l'instant, nous ne le resterons pas longtemps. Partout où nous irons, ils nous suivront pour nous exterminer. Le panneau holographique s'illumina. Tarkin et Vador trônaient à l'image, devant un Obi-Wan effaré de voir son ancien ami réduit à l'état de sinistre fantôme dans l'ombre de Palpatine.
-Je suis le Moff Tarkin et je représente l'Empire. Votre tentative de je ne sais quoi est vouée à l'échec!
-Tarkin, je suis le Moff Glarten et même si je n'ai pas vos décorations ni votre savoir militaire, je vous ai surpris avec ces mines. Si j'y suis arrivé, je pourrais recommencer et vous détruire si nécessaire. La flotte impériale sera ridiculisée par mes vaisseaux et mes troupes pour restaurer la République!
-Vous croyez que vos quelques jouets pourront détrôner Palpatine? Vous êtes fou, fais Tarkin. Je ne le permettrais pas. Personne ici ne le permettra. Dark Vador vous poursuivra sans cesse et finira par vous trouver là où j'ai échoué aujourd'hui. Le Sith avance davantage et son hologramme grossit.
-Je ne m'attendais pas à vous voir ici, Maître. Ecraser cette rebellion n'en sera que plus intéressant! J'aurais ma revanche et je ne vous laisserais pas filer à nouveau.
-Je pensais que tu ne survivrais pas, Vador.
-Vous n'avez pas pu me tuer sur Mustafar, Obi-Wan, vous avez eu pitié et cette faiblesse sera votre perte! Je ne serais pas aussi pathétique. Je vous tuerais, vous et tous les Jedis qui se cachent dans l'univers! Chaque clone qui vous sert sera abattu comme un traître à l'Empire. je n'aurais de cesse que de vous trouver pour vous massacrer de mon sabre-laser, mon Maître!
-Palpatine a détruit ton coeur, il a corrompu tes idéaux et le côté obscur a pris la femme que tu aimais! Ta vie n'est plus qu'un sortilège relié à une machine pour survivre. Est-cela que tu désirais en tuant les Novices?
-Je ne renie pas le côté obscur, je l'embrasse!
Glarten fait couper la communication et ordonne aux vaisseaux de rejoindre le second point de rendez-vous avant l'assaut final contre l'usine de clones de Paw. Obi-Wan est rempli de tristesse de voir celui qu'il croyait être un frère n'être finalement qu'un esclave pour un tyran, et n'être que l'ombre de lui-même dans cette armure sans qui la vie serait intolérable.
-Le temps risque de nous manquer désormais, Général. S'ils découvrent nos alliés au Sénat, notre action sera veine.
-Il faut donc nous presser au plus haut point. Rejoignons le nouveau rendez-vous pour préparer l'assaut final.
Les vaisseaux quittent le champ de débris lentement en évitant tout accrochage puis passent les uns après les autres en vitesse lumière.
-Ce contretemps est fâcheux, fait Tarkin. Nos vaisseaux sont endommagés et nous n'en savons pas davantage.
-Les vaisseaux adverses vont choisir une cible militaire mais je sens autre chose. Obi-Wan Kenobi en serait pas ici s'il ne croyait pas changer les choses. Le combat entre l'Empire et ces rebelles n'est pas la cible principale. Je le sens. L'Empereur est en danger. Je dois le prévenir. Vador quitte le pont pour s'entretenir avec son maître tandis que Tarkin fait le point sur les dégats engendrés par les mines furtives et étudier les positions possibles des vaisseaux ennemis après leur saut dans l'hyper-espace. Les quatre Venators sont sévèrement touchés mais restent opérationnels. Celui de Tarkin a toutefois son hangar ouvert par une explosion et il va falloir découper pour permettre l'ouverture totale des portes du pont.
Vador arrive dans ses appartements et contacte Dark Sidious, son maître. Il s'agenouille avec difficulté mais devenir l'élève de l'être le plus puissant qui soit suppose un certain respect.
-Seigneur Vador, où en sont vos recherches?
-Nous avons trouvé le régiment de clones caché dans le système Tyro, Monseigneur mais il est dirigé par un Moff : Glarten. Je perçois sa présence comme un indice. Quelque chose se trame et je vous crois en danger.
-J'ai senti également un trouble dans la Force, mon jeune apprenti. Nous devons nous méfier de nos ennemis connus et inconnus.Le Sénat me réserve des surprises pour très bientôt, j'en suis persuadé.
-Il y a également mon ancien maître avec les clones. S'il est là, c'est parce qu'il croit en la victoire possible de ces félons.
-Voilà qui va vous motiver pour trouver tous nos ennemis. Kenobi sera votre récompense ultime à la fin de toute cette affaire. En attendant, épaulez Tarkin dans sa mission et débusquez tous les traîtres à l'Empire. Ne faites confiance à personne!
-Bien, mon Maître.
L'hologramme disparaît et Vador reste en flagornerie, pensif. Il tient sa vengeance. Il va faire payer à Obi-Wan l'affront de Mustafar et cette vie dissimulée dans ce costume.

postée le 19-11-2012 20:37
0 commentaire(s)

 
Chapitre 14

Le sol de Geonosis n'a guère changé depuis la bataille de l'arène ouvrant la guerre des clones. Aride. Balayé par un petit vent constant soulevant le sable rouge. Une végétation si rare qu'elle a autant de valeur pour ses habitants que les plus beaux joyaux d'une couronne. Des montagnes et des formations rocheuses en pic un peu partout, érigées comme pour tutoyer le ciel.
Tout près d'une usine de droïdes de combat, un croiseur du Techno-Syndicat de classe Recusant est posé mais une forte activité règne tout autour. Des hordes de droïdes marchent en groupe carrés de vingt unités de côté et se dirigent vers les soutes du croiseur. Déjà des milliers de machines ont jailli des entrailles de Geonosis pour abreuver ce navire alors que toutes les usines sont censées être fermées ou détruites.
Mais certains ont fait en sorte que des secrets restent en profondeur pour qu'ils ne voient jamais la lumière du jour et des vérités. Palpatine a voulu que les droïdes soient démantelés dès la mise à mort des chefs Séparatistes. L'implication n'était pas uniquement vouée aux unités combattantes de ce type mais à toutes les machines oeuvrant contre la République et donc contre l'Empire. Et parfois, les ordres sont ignorés.
Après la défaite Séparatiste sur Geonosis, la République avait tant de fronts à défendre que cette planète d'insectes est passée au second plan, tant la dérouillée Séparatiste était importante. Poggle Le Bref a néanmoins permis l'évacuation d'une partie de ses troupes et permis l'installation d'une nouvelle usine pour les Séparatistes. Une information ignorée par les partisans de la République et qui a parfois pesé sur l'évolution des combats tant cette usine pouvait fournir un grand nombre d'unités. Et aujourd'hui, le croiseur Recusant vient prendre cargaison d'une nouvelle fournée pour le compte du complot contre l'Empereur.
Un escadron de clones surveille l'évolution du remplissage du vaisseau. Il y a de la place pour environ quarante mille droïdes de combat. La marche au pas militaire et dans un ordre parfait permet un rapide constat aux clones : tous limités qu'ils sont, les droïdes sont toutefois impeccables et aussi doués qu'eux pour la guerre puis le défilé militaire. Pas une
émotion sur une tête de droïde mais par contre, les clone admirent l'ordre dégagé par cette masse de feraille et de boulons.
Le bouton de réception d'avant-bras du sergent clone en charge du remplissage retentit. Son supérieur cherche à le joindre, et le sergent appuie sur la réception de la communication.
-Oui, commandant?
-Où en est le chargement du vaisseau, sergent?
-Il sera terminé dans les délais. Nous nous rendrons au point de rendez-vous dès la fin de l'embarquement.
-Les ingénieurs doivent être prévenus que l'usine doit continuer de tourner. Nous aurons sûrement besoin de nouvelles unités combattantes sous peu d'après le Moff Nonta. Notre cible peut absorber beaucoup de nos ressources alors nous devons prévoir large. Que les geonosiens continuent le travail tant que nous n'avons pas donné de contre-ordre.
-Bien, commandant. La communication s'arrête et le sergent informe ses hommes du message reçu.
-Si on ne quitte pas ce caillou trop sec rapidement, je vais me transformer en poussière, fait GGF-2565.
-Nous accompagnons ce transport jusqu'au cimetière de Tyro dès que les droïdes sont dans le Recusant. Dès que l'assaut sera achevé, il faudra peut-être revenir faire le plein si les pertes sont trop élevées.
-Et si l'attaque ne fonctionne pas? Ces droïdes sont idiots même s'ils sont nombreux. Le trac de POB-318 est ressenti par tous ses camarades.
-Le général Kenobi semble avoir toute confiance dans le plan établi par nos supérieurs, fait le sergent. C'est un Jedi de grande valeur qui a mené beaucoup de nos frères au combat dans de glorieuses batailles victorieuses. Il est intelligent et ne nous sacrifierait pas inutilement s'il croyait à une défaite. Nous pouvons nous en remettre à lui les yeux fermés.
A ce moment-là, une navette apparaît dans le ciel rougeoyant de Geonosis. Un vaisseau de classe Diamant. Celui du chasseur de primes chargé par Vador de retrouver des Jedis ou des clones révoltés. Il vole lentement en décrivant des cercles au-dessus du Recusant. Dans le cockpit, Abi reçoit les images filmées par les caméras du vaisseau. Il transmet directement à son commanditaire en hologramme.
-Seigneur vador, j'ai retrouvé un vaisseau Séparatiste sur Geonosis qui semble se remplir de droïdes qui sortent d'une usine intacte et il y a même des clones. Quelques secondes de silence et le Sith apparaît également en hologramme.
-Vous avez bien travaillé, chasseur de primes. Votre récompense sera à la hauteur. Marquez ce croiseur pour qu'il soit poursuivi jusqu'au bout de la galaxie par les hommes de l'Empire. Personne ne doit nuire à l'Empereur. Comment avez-vous retrouvé leur trace?
-Les clones ont besoin de vaisseaux qu'ils ne peuvent plus avoir dans l'armée impériale. J'ai pensé à l'armée séparatiste en déroute pour leur en fournir et sur Geonosis, il y avait les fonderies des droïdes, peut-être plus. J'ai vu juste.
-Votre intuition est digne de la clairvoyance des Jedis. Votre travail est apprécié. Nous ferons encore appel à vous à l'avenir.
-Bien Monseigneur. Alimibi envoie un traceur minuscule qui se colle à la paroi du Recusant sous le nez des clones qui ne s'en aperçoivent même pas tant ce mouchard est petit, captivés et inquiets de voir ce vaisseau.
-On continue le chargement, sergent?
-Je demande confirmation. Première classe, faites accélérez la cadence. Le sergent appuie sur son communicateur.
-Commandant, une navette de classe Diamant tourne au-dessu de nous et ça ne me dit rien qui vaille. est-ce que je dois procéder à l'évacuation du site en l'état actuel?
-Négatif. Je vais tenter d'envoyer des renforts pour vous appuyer. En attendant, le chargement doit se poursuivre et vous pouvez envoyer quelques vautours-droïdes pour faire déguerpir cet oiseau de malheur!
-POB-318, lancez les chasseurs pour intimider ce vaisseau. N'engagez pas le combat, il doit juste partir.
-Bien, monsieur.
Un simple geste sur son bracelet de commande et plusieurs chasseurs robotisés décollent d'un site proche de là, caché sous une montagne. Partant à la vitesse de la foudre, les vautours-droïdes sont autour du Diamant si vite que celui-ci n'a pas le temps de réfléchir : la fuite s'impose pour survivre. Abi Alimibi est grassement payé mais sa vie vaut davantage que les envies de Vador ou de l'Empereur. Un geste sur son tableau de bord et son vaisseau change de cap pour se rendre vers les hauteurs du ciel de Geonosis. Les chasseurs l'accompagnent brièvement avant de le laisser filer.
-Seigneur Vador, les clones m'ont envoyé des chasseurs, je quitte le site. Le mouchard est en place
-Un vaisseau vient à la rencontre de ce croiseur. S'il n'est plus là, l'usine sera détruite de toute façon et son sort ne sera qu'une question de temps.
Au sol, le départ du vaisseau n'en est pas pour autant rassurant.
-Sergent, que fait-on maintenant?
-On poursuit la mission. Dès que les soutes de ce vaisseau sont pleines, on part pour Tyro.
-Et si nous sommes repérés et démasqués? Toute la mission serait en péril. AFA-12004 marque un point juste. Leur sort peut être celui de tout le 779ème et de l'action en cours.
-On ne décide pas. Le commandant va en référer au Moff et au général Kenobi. Eux sauront prendre la meilleure décision si nous devons être traqués.

postée le 18-11-2012 22:44
0 commentaire(s)

 
Chapitre 13

Dans le hangar du Venator, Obi-Wan observe les clones. Ils se démènent tous et semblent volontaires, décidés à aller au bout de leur conviction quitte à y laisser la vie alors que la guerre est finie. La vie d'un clone finalement est bercée par le conflit et les tirs de laser.
Kenobi regarde partout, jauge chaque soldat. Certains brassent des containers remplis d'armes, de munitions ou de ravitaillement nutritif. D'autres mettent en place les navettes ou les AT-TE en vue des prochaines opérations. Tous veulent le même but, rétablir cette époque où ils sont nés dans la République, revenir à un monde où la démocratie n'amène pas la dictature, là où le Chancelier est un homme juste et bon.
Feil arrive vers le Jedi, le casque sous le bras.
-Mon Général, puis-je vous présenter un homme du régiment? Il tient à vous parler d'une affaire personnelle. Une requête peu inhabituelle tant les Jedis étaient proches des troupes. Le soldat vient au pas cadencé après l'appel de son supérieur. Il se fixe devant Kenobi.
-Repos, soldat. Comment vous appelez-vous? Le clone ote son casque.
-Je suis PGC-1659. A vos ordres, mon Général.
-Votre commandant dit que vous avez besoin de me parler. Je vous écoute.
-Lors de l'assaut sur Yluman, nous avons été balayé par les droïdes. Ils étaient si nombreux que nous ne pouvions rien faire malgré la préparation d'artillerie. Tous mes frères pensent pareil en ces moments : la mort va venir nous chercher. Nous tentons de la repousser mais rien n'est moins simple. Je me suis retrouvé isolé, à court de munitions. Les tirs venaient de toute part. Je n'avais plus aucun espoir lorsque le Général Aison ne vienne à mon secours. Tout en repoussant les lasers ennemi, il a dit les mots suivants : Tous les clones sont des êtres vivants qui méritent de vivre avec notre respect. personne ne sera laissé sans se battre pour lui. Alors j'ai compris. Compris que les Jedis nous considéraient certainement mieux que quiconque. Pour les simples gens, nous ne sommes qu'une expérience de laboratoire. Pour les politiciens, nous ne sommes qu'une arme qui doit servir au mieux des intérêts du Sénat. Pour les gradés, nous ne sommes qu'une matière première interchangeable et renouvelable à volonté. Tandis que pour vous, les Jedis, nous sommes égaux, des êtres à part entière. Le général n'était même pas un humain, et j'ai trouvé davantage de respect chez un Nikto que chez la quasi-majorité des civils humains que j'ai côtoyé avant et depuis cet attaque sur Yluman. J'ai foi dans notre cause et je sais que malgré votre grade, vous nous considérez à égalité de vous. Voilà pourquoi je tenais à vous raconter ce fait, mon Général, pour vous démontrer notre motivation pour notre cause et notre dévotion à vos ordres.
-Merci de votre soutien et de votre témoignage. Je comprends votre émotion car maître Aison était un grand Jedi, sage, érudit et un grand tacticien également. Est-ce lui qui était à vos côtés à la fin de la guerre?
-Non, mon Général, c'était le général Gu-Nnar-Sen. Le général Aison était sur un autre front et il est probablement mort parce que l'Empereur l'aura décidé. il n'était pas l'ennemi de la République mais l'ennemi de l'oppression.
-Si vous croyez à notre mission et que votre foi est intacte avec celle de vos camarades, notre action pourra réussir. Le soldat claque des talons et se redresse au garde-à-vous pour saluer le Général Kenobi mais Obi-Wan lui tend la main pour un salut plus amical, plus fraternel et le clone, surpris, serre la main du Jedi avec le sourire, persuadé que ce nouvel homme fort est de la même trempe que le général Aison. De quoi se sentir en confiance parce la tâche devant soi ressemble à une montagne mais que ce nouveau général sera capable de faire gravir cette escalade dangereuse.
Le clone s'éloigne ensuite et Feil vient accompagné du Moff Glarten, surpris de l'attitude du Jedi qui presque heureux de se retrouver ici.
-Vous semblez comme un poisson dans l'eau, fait Glarten. A croire que la guerre vous empli de joie!
-Pas du tout mais ce clone m'a raconté une belle histoire et remémoré des heures plus enthousiasmantes que celles que nous traversons. Je suis surtout satisfait qu'un Jedi qu'il a connu est resté fidèle aux valeurs auxquelles nous avons cru lorsque nous étions dans l'Ordre et ce clone est sorti grandi de sa rencontre avec Maître Aison.
-Notre âme s'est épanoui au contact du général, nous avons appris et tous nous avons grandi. C'est pourquoi je ne comprends pas comment mes frères sur d'autres fronts se sont débarrassés des Jedis sans réfléchir. Ils étaient nos guides, nos protecteurs et nos alliés. Je ne m'explique pas ce geste, mon Général.
-Palpatine a habilement manoeuvré pour corrompre vos frères, commandant. Tous ont cru que nous étions devenus des parias et que si le Chancelier donnait l'ordre de fusiller chaque Jedi, cet ordre était juste.
-Nous allons racheter les fautes des autres avec vous, mon Général. Attaquer cette usine et permettre de sortir l'Empereur de son siège sera une belle récompense.
-Il faut que nous rejoignons la flotte, dit Glarten. Commandant, avertissez le pont que nous partons pour le point de rendez-vous.
-A vos ordres, Monsieur. Le clone enfile son casque et file au pas appuyé prévenir les pilotes du croiseur qu'il est temps de partir.
-Je ne vous ai même pas demandé où nous nous étions. Obi-Wan marche lentement en regardant les vaisseaux du Venator. les vaisseaux de la dernière chance à l'heure actuelle.
-Nous allons vers le cimetière d'épaves du système Tyro. C'est là que se trouvent toutes nous forces. De ce point, nous coordonnerons notre assaut sur l'usine en envoyant d'abord les engins des Séparatistes. La première vague de croiseurs servira aux chasseurs et aux droïdes d'approcher les défenses de l'usine pour les détruire et nous aurons ensuite le champ libre pour finir le travail.
-Un tel lieu doit être très protégé, peut-être par des croiseurs comme celui où nous nous trouvons. Si les premières troupes ne permettent pas une arrivée plus sereine pour nous, je doute que nous puissions atteindre notre objectif.
-Nous aurons l'avantage de la surprise, fait Glarten. Personne ne s'attend à ce que le système Paw représente une cible militaire désormais. Il y a si peu de monde dans la confidence pour ce lieu que même Palpatine avec ses pouvoirs ne peut deviner ce qui se déroule actuellement. Obi-Wan arrête Glarten aussitôt.
-Ne sous-estimez jamais votre adversaire et encore moins l'Empereur. Il est puissant et machiavélique. Il a réussi à utiliser une guerre pour arriver à ses fins. Il a fait détruire l'Ordre Jedi sous les applaudissements du Sénat. Il a démoli la démocratie d'un simple geste et personne n'a compris ce que cela impliquait. Si Palpatine est bien ce que je sais qu'il est, il peut deviner notre action. Peut-être même que Dark Vador va y arriver.
-Vos pouvoirs de sorciers ne m'impressionne pas. Vous croyez que Palpatine ou son nouveau valet peuvent prédire l'avenir? Vous êtes fou! Ils ne se doutent de rien. Ils ne peuvent pas.
-Ils peuvent sentir les perturbations de la Force. Si un trouble leur apparaît, ils sauront qu'il y a un problème grave. En l'occurence au Sénat ou bien pour un lieu important, donc cette usine. Ne les considérez pas comme de simples hommes. Ils sont bien plus que cela.
-Qu'ils aient vos dons ne change en rien notre plan. Une fois rendus dans le système Tyro, la flotte va se mettre en position et l'attaque ne sera qu'une question de temps. Nous mettrons nos efforts en marche avant que le sénateur Andela intervienne pour sortir Palpatine de ce siège.
-Méfiez-vous d'Andela, c'est un homme sans vergogne qui se montrera aussi dur que Palpatine. Tout ce qui l'intéresse, c'est le pouvoir, c'est écrit en gros sur son visage. Il va servir cette cause mais il faudra vite faire en sorte que quelqu'un d'autre prenne sa place ou la démocratie deviendra moins démocratique. Obi-Wan est sans appel sur ce personnage. Il sait pour l'avoir vu à l'oeuvre. Andela bafouera la République pour son propre profit.
-Il est notre unique atout à l'heure actuelle, Maître Jedi. Si nous réussissons, d'autres sénateurs et d'autres Moffs se joindront à nous pour contrecarrer Palpatine.
-Et si nous perdons, l'exil sera la seule issue vitale, confesse un Kenobi goguenard.
Le transpondeur de Glarten clignote avec un bip.
-Monsieur, le passage en hyper-espace est prêt.
-Passez le message sur tout le navire et enclenchez l'hyperdrive dès que possible.
-La route sera longue?
-Allez donc vous reposer, fait le Moff. Tyro n'est pas à côté. Nous aurons tout le temps de faire le point sur place. Les troupes ont d'ailleurs quartier libre dès à présent.
Obi-Wan salue son hôte et se dirige vers le quartier des chambrées pour un sommeil bien mérité en attendant l'assaut qui peut décider du destin de la galaxie.

postée le 18-11-2012 09:33
0 commentaire(s)

 

33 articles  •  page 2 sur 4  •  
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  •   
      

     


    Aucun lien...

    Avertir l'administration des blogs AW du contenu de ce site
    AnakinWeb décline toute responsabilité quant aux propos contenus dans les blogs.
    © 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW - AnakinWeb France / Lucasfilm ltd.